En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

Huile de palme

1. QU'EST-CE QUE L'HUILE DE PALME ET QUEL EST SON USAGE ?

L’huile de palme est une huile extraite à chaud des fruits du palmier à huile. Elle est particulièrement intéressante pour ses propriétés physiques favorables (semi-solide à température ambiante, stabilité, résistance à l’oxydation) et pour son faible coût de production (très bon rendement à l’hectare). Elle est principalement utilisée dans l’industrie agroalimentaire (80%) pour de nombreux produits - céréales, biscuiteries, crèmes glacées, barres chocolatées, plats préparés – et dans l’industrie cosmétique (19%) sous forme de dérivés.

2. QUELLES SONT LES CONTROVERSES ASSOCIÉES ?

Une huile controversée de par sa composition nutritionnelle
La faible qualité nutritionnelle de l’huile de palme fait l’objet de controverses sanitaires notamment de par sa forte teneur en acides gras saturés & son rapport Oméga 6/ Oméga 3 qui n’est pas optimal selon les recommandations de l’ANSES :

  • En effet l’huile de palme est constituée de 50% d’acides gras saturés (contre 14% seulement pour l’huile d’olive). La teneur élevée en acides gras saturés est accusée d’augmenter les concentrations de cholestérol de type LDL et HDL et de triglycérides, lesquels sont associés à des risques accrus de maladies cardiovasculaires et d’obésité.
  • Par ailleurs, l’huile de palme perd sa richesse en vitamine A et E au cours du raffinage et présente un rapport en teneur en oméga 6 et oméga 3 non optimal (rapport de 20/1, contre un rapport optimal de 5/1 recommandé par l’ANSES).


Une huile controversée d’un point de vue environnemental
La consommation mondiale d’huile de palme a quasiment doublé tous les 10 ans depuis 40 ans, conduisant à la généralisation de pratiques de production contestées pour leur impact négatif sur l’environnement.

Les palmiers à huile se cultivent en zone tropicale humide. L’Indonésie et la Malaisie représentent aujourd’hui 90% de la production mondiale d’huile de palme. La forte demande en huile de palme conduit à l’augmentation des surfaces de plantation, souvent au détriment de forêts primaires qui abritent l’un des écosystèmes les plus riches de la planète en termes de biodiversité. La déforestation de ces zones menace gravement la biodiversité locale et détruit des puits de carbone (les forêts capturent du CO2 atmosphère, principal gaz à effet de serre). Aujourd’hui, la déforestation aurait atteint 80% de la surface boisée de 1990 sur l’île de Bornéo. Par ailleurs, la recherche de productivité se traduit le plus souvent par des pratiques agricoles intensives (grandes monocultures notamment) qui appauvrissement durablement les sols.
Des certifications et des alliances (ex : Alliance Française pour une Huile de Palme Durable) se sont formées depuis 2005 pour structurer une filière de production d’huile de palme durable, basée sur des pratiques agricoles plus responsables. Démarche de progrès continue, ces certifications, font en l’état encore l’objet de controverses notamment sur l’insuffisance des critères retenus et dans leur application.

De fortes attentes de la société civile et des ONG aussi en cosmétique
Les attentes en termes de substitution des dérivés de l’huile de palme concernent également les produits cosmétiques ou d’entretien (comme le confirme le nombre de blog ou d’associations engagées dans cette lutte).

3. POSITIONNEMENT DE U

U préconise la substitution de l’huile de palme lorsque c’est techniquement, organoleptiquement ou économiquement possible. Mais parfois, la substitution dans les produits n’est pas toujours possible et ne peut être faite qu’à la seule condition que la qualité et le goût des Produits U concernés restent identiques.

Pour les produits pour lesquels la substitution n’est pas possible, compte tenu des attentes des consommateurs, des controverses sanitaires et environnementales sur le sujet et de l’engagement de U pour le maintien et le développement des filières agricoles françaises, nous nous engageons à substituer l’huile de palme de nos produits et nous assurons de l’origine responsable de l’huile de palme résiduelle.

La substitution de l'huile de palme dans les produits n’étant pas toujours possible, lorsque c’est le cas, nous exigeons que l’huile résiduelle provienne de plantation gérée et développée de manière responsable, c'est-à-dire dont on peut prouver qu’elle ne se fait pas au détriment de l’environnement et dans le respect des populations locales.

Pour atteindre 100% d’huile de palme résiduelle responsable d’ici 2021, notre engagement est double et échelonné dans le temps :

  • Nous nous engageons à ce que 100% de l'huile de palme résiduelle soit durable d'ici 2021.

  • Nous nous engageons à 100% de transparence en obtenant des informations sur tous les fournisseurs de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en huile de palme jusqu’aux 1ers importateurs Européens d’ici 2018

4. SUBSTITUTION DE L'HUILE DE PALME

Dès le début de son engagement en Juin 2011, U a pris pour parti de substituer l’huile de palme, lorsque c’est possible, comme par exemple dans certains produits (les frites ou les chips).

À Septembre 2014, l’huile de palme a totalement disparu des gammes U Tout Petits, U Bio et U Saveurs et de certains des produits à Marque U.
Aujourd'hui 100% de l’huile de palme utilisée dans les produits à Marque U soutient la production d'huile de palme durable, il reste environ 430 produits en alimentaire ou l’huile de palme est présente en tant qu’ingrédient ou dans les additifs.