En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

Politique de substitution des substances controversées dans l’offre produit marque U

POLITIQUE DE RETRAIT DES SUBSTANCES CONTROVERSÉES DANS L’OFFRE DE PRODUITS A LA MARQUE U

Pour le consommateur, certains additifs et substances présents dans les produits de consommation courante suscitent des interrogations quant à de potentiels risques pour la santé et l’environnement. Ces préoccupations sont amplifiées par les grands media, les réseaux sociaux… et sont sources d’inquiétude pour nombre de nos clients, qui nous en font part via nos magasins et via leurs commentaires et demandes d’informations sur nos produits. Conscients de ces craintes et des attentes des consommateurs en faveur de produits de plus en plus simplifiés, nous avons pris le parti de ne pas nous réfugier uniquement derrière la réglementation et avons considéré qu'aller au-delà de celle-ci en supprimant peu à peu ces substances controversées fait partie de notre mission vis à vis de nos clients. Depuis 2012 nous mettons en œuvre un plan d’amélioration continu pour supprimer ou substituer ces substances controversées de la composition des Produits U (ex.conservateurs) et de leurs emballages (ex.phtalates), et ce chaque fois qu’une alternative technologique existe. Pour ce faire, avec le concours d’un conseil expert référent, nous avons défini une mécanique de classement de ces substances afin de prioriser le plan de leur élimination de nos Produits U.

Le périmètre de la démarche

Au-delà de la formulation de nos Produits U et de la composition de leur emballage, nous nous attachons à prendre en compte les substances controversées qui pourraient intervenir sur l’ensemble de la chaine de fabrication et de commercialisation, depuis la matière première jusqu’au consommateur final. Sur ce périmètre large, nous avons l’ambition d’agir conjointement avec tous les acteurs de cette chaine pour maitriser les substances entrant dans la composition de nos produits. Le soutien que nous apportons aux démarches d’agroécologie et notre politique de réduction des pesticides contribuent également à cette démarche.

Les substances controversées incluses dans la démarche

Elle repose sur l’établissement du niveau de controverses classé de absence à majeure et reposant sur 3 critères :
Aujourd’hui, plus de 260 substances sont identifiées dans notre démarche. Elles ont été évaluées année après année et sont le résultat de huit ans de veille sur ce sujet.
- À l’origine, 80 substances ont constitué le socle initial de la démarche en 2012 : ces substances provenaient d’un travail d’analyse de rapports scientifiques, de travaux d’ONG et de travaux d’associations de consommateurs sur les différents maillons de la chaine de valeur pour identifier les substances les plus controversées d’un point de vue sanitaire, environnemental, réglementaire ou sociétal.
- Plus de 180 substances ont été ajoutées au fur et à mesure des années et proviennent de notre veille quotidienne scientifique, sociétale et réglementaire.
Les centaines de substances controversées identifiées sont classifiées en six grandes familles selon leur fonction dans les produits :
- Ingrédients (ex : produits sucrants, matières grasses…) et additifs alimentaires (ex : colorants, conservateurs, texturants…)
- Ingrédients cosmétiques, hygiène et produits d’entretien (ex : colorants, conservateurs, texturants, filtres UV…)
- Autres composants non alimentaires (ex : biocides, solvants…)
- Composants d’emballages (ex : plastifiants, encres…)
- Composés néoformés indésirables
- Pollutions subies

Ces substances sont évaluées selon la méthodologie décrite ci-après. En fonction du classement de ces substances, nos équipes élaborent et priorisent les plans d’actions nécessaires pour supprimer ou substituer ces substances.

La méthodologie de la démarche

Notre ambition est de mettre à disposition de nos clients des Produits U exempts de substances controversées.
Notre méthode : éliminer progressivement de nos produits toutes les substances controversées dans le cadre d’un plan de substitution priorisé, discuté et mis en œuvre en partenariat avec nos fournisseurs.
Pour identifier ces substances prioritaires, nous les classons selon un niveau de controverse allant de « absence » à « majeure », et établi selon 3 critères combinés :
- Un indicateur d’alerte sanitaire et environnementale : une notation de chaque substance en fonction de la nature des dangers toxiques qui lui sont associés (cancérigène, mutagène, reprotoxique, perturbateur endocrinien, allergène, …), ainsi que de ses dangers pour l’environnement (caractère bioaccumulable ou persistant) ;
- Un indicateur de benchmark réglementaire : une notation selon le niveau de réglementation de celle-ci au niveau national ou international ;
- Un indicateur de préoccupation sociétale : une notation de l’appréciation de nos clients, de l’opinion publique et des ONG sur l’utilisation de cette substance.

Les actions de suppression et de substitution se font de manière prioritaire sur les substances avec un niveau de controverse « important » et « majeur » et en premier lieu sur les familles de produits dans lesquelles ces substances sont les plus régulièrement utilisées.
Enfin, chaque substance prioritaire est étayée d’une fiche de position décrivant l’ensemble de ses enjeux sanitaires, environnementaux, réglementaires et sociétaux.

L’avancée de nos efforts de retrait des substances controversées prioritaires se matérialise à travers deux indicateurs de pilotage :
• la liste des substances exclues des produits à la Marque U : elle rassemble l’ensemble des substances qui n’ont jamais été utilisées ou ne sont plus utilisées par notre Enseigne et que nous nous engageons à ne pas utiliser ;
• la liste des actions en cours : elle concerne les substances qui font l’objet d’études en vue de leur suppression. Si leur suppression ou substitution s’avère difficile, nous nous engageons à en expliquer les raisons et à définir un plan d’action visant à établir un planning de faisabilité qui tient compte des évolutions technologiques. En l’absence de perspective de solution, une étude de déréférencement des produits contenant cette substance est menée.

À fin 2018, 113 substances controversées sont d’ores et déjà exclues des produits à la Marque U en Epicerie, Liquides, Surgelés, Produits frais en libre-service, Produits frais traditionnels, Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

> Télécharger la liste des 113 substances controversées exclues des produits à la Marque U
> En savoir plus sur notre démarche de réduction des pesticides.