En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

INSECTICIDES DE STOCKAGE BLÉ

2017_Substances_Controversees_Insecticide_740x510

1. QUE SONT INSECTICIDES DE STOCKAGE BLÉ ET QUELS SONT LEURS USAGES ?

Les pesticides sont des substances actives ou préparations utilisées pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes jugés indésirables. 90% des pesticides utilisés en France concernent un usage agricole. Selon la cible visée, les pesticides utilisés en agriculture sont majoritairement les herbicides (lutte contre les mauvaises herbes), les fongicides (lutte contre les maladies) ou les insecticides (lutte contre les insectes).

En France, la filière blé tendre est une filière agricole majeure : elle occupe la majorité des surfaces agricoles (5.2 millions d’ha en 2015 , 37.5 millions de tonnes de blé tendre produites en 2014/2015 ) et la France est le 2ème producteur européen de farine, majoritairement utilisée pour la panification, mais aussi pour la biscuiterie et la biscotterie. En moyenne, en 2011 une parcelle de blé tendre était traitée 5.8 fois, majoritairement par des fongicides et des herbicides.

Après sa récolte et avant sa transformation ou sa commercialisation, le blé est stocké dans des silos, pendant une période qui peut durer quelques mois. Durant cette période de stockage du blé, la protection contre les attaques des bioagresseurs se poursuit afin de garantir la qualité sanitaire du blé. Des insecticides de stockage peuvent alors être utilisés afin d’éviter que des insectes ne s’y développent (par exemple les charançons) afin de garantir la norme « zéro insecte vivant », et ce, soit chez les agriculteurs (stockage à la ferme), soit au niveau des organismes stockeurs (coopératives, négoces). Pour le cas des céréales et notamment du blé, deux types d’usages des insecticides durant la phase de stockage sont distingués : les insecticides utilisés pour le traitement des grains lors du stockage (insecticides de contact ou fumigants) et ceux utilisés pour la désinsectisation des locaux de stockage vides destinés à recevoir une récolte.

Les insecticides de stockage utilisés sont principalement des organophosphorés (ex : pyrimiphos-méthyl, chlorpyrifos-méthyl…) et des pyréthrinoïdes (deltaméthrine, pyréthrines…).

2. QUELLES SONT LES CONTROVERSES ASSOCIÉES ?

Une alerte sanitaire et environnementale importante sur les insecticides de stockage et les synergisants

  • Sur les céréales, le risque sanitaire en termes de résidus de pesticides est principalement lié aux résidus d’insecticides de stockage, dont la rémanence est importante (3 à 9 mois). Ainsi, le pyrimiphos-méthyl, insecticide de stockage des grains de céréales récoltés, a été quantifié en 2011 dans ¼ des échantillons de céréales (Anses 2014).
  • Certaines substances utilisées comme insecticides de stockage font l’objet de doutes concernant leur toxicité :
    • Deltaméthrine : toxicité aigue de catégorie 3 (UE) et caractère perturbateur endocrinien (PE) suspecté (Liste TEDX)
    • Cyperméthrine : caractère PE suspecté (liste TEDX)
    • Chlorpyrifos méthyl : caractère PE suspecté (liste TEDX), inhibiteur de la cholinestérase, classé PAN Bad actor (PAN)
    • Pyrimiphos méthyl : caractère PE suspecté (liste TEDX), inhibiteur de la cholinestérase, classé PAN Bad actor
    • Pyréthrines : caractère PE suspecté (liste TEDX)
  • Les synergistes ou synergisants comme le pipéronyl butoxyde (PBO), non classés comme produits de protection des plantes mais utilisés de manière combinée avec les insecticides afin d’en augmenter l’effet, font également l’objet d’une controverse sanitaire concernant leur innocuité pour la santé et pour l’environnement. S’il n’a pas de classement toxicologique à l’heure actuelle, le PBO est classé très toxique pour les organismes aquatiques (Environmental Science, Bayer).


Une réglementation qui encadre l’utilisation des insecticides de stockage et la présence de résidus dans les aliments, mais des inconnues qui nécessitent de réduire le risque d’exposition

  • Pour chaque matière active autorisée en tant qu’insecticide de stockage, une dose d'application et une LMR (limite maximale de résidus) sont définies.
  • Les insecticides de contact sont autorisés sur le stockage des céréales (a contrario d’autres cultures) : le pyrimiphos-méthyl est ainsi par exemple autorisé comme insecticide sur les grains et pour la désinsectisation des parois de stockage.
  • Certaines substances, comme le malathion et le dichlorvos, ont été retirées en 2008 notamment du fait d’une incertitude concernant le risque de toxicité pour les applicateurs et les travailleurs à proximité.
  • La LMR du pyrimiphos-méthyl sur blé est fixée à 5mg/kg (soit 10 fois le niveau sur d’autres céréales, abaissé suite à l’avis de l’EFSA sur les risques d’exposition chronique). La DJA du pyrimiphos-méthyl est établie à 0.004 mg/kg de poids corporel.
  • Sur le blé, la LMR du chlorpyrifos-méthyl est établie à 3 mg/kg ; celle de la deltaméthrine à 2 mg/g.


Des alertes sociétales régulières de la part des lanceurs d’alerte sur le sujet des insecticides de stockage, particulièrement pointés du doigt

  • En 2013, Générations Futures a publié une étude (rapport EXXPERT 1) portant sur des aliments à base de blé (céréales, pâtes, pains de mie, brioches, croissants) montrant que 75% de ces aliments contenaient des résidus de pesticides. Sur ces 75 %, tous contenaient une ou plusieurs substances, organophosphorées ou pyréthrinoïdes, suspectées d'être perturbatrices du système endocrinien. Par ailleurs le rapport indique que ces substances correspondent à des insecticides de conservation « pulvérisés à fortes doses dans des entrepôts de stockage des céréales » (pyrimiphos-méthyl, chlorpyrifos-méthyl, cyperméthrine, PBO).
  • La campagne de Générations Futures portant sur les pesticides dans les mueslis en octobre 2016 a mis en avant 15 marques qui contenaient toutes des pesticides dans des proportions variables. Parmi ces pesticides, la plupart des résidus retrouvés proviendraient des insecticides utilisés lors du stockage des céréales dans les silos (Consoglobe, octobre 2016).
  • Parmi les pesticides identifiés par Greenpeace comme dangereux pour les abeilles et la santé humaine et pointés du doigt pour la course Zéro pesticides, figurent en bonne place des pyréthrinoïdes et organophosphorés utilisables potentiellement comme insecticides de stockage : cyperméthrine, deltaméthrine, chlorpyrifos…

3. POSITIONNEMENT DE U

Compte tenu des attentes des consommateurs, des controverses sanitaires et sociétales sur le sujet, U a engagé une démarche de limitation des insecticides de stockage dans les produits contenant majoritairement de la farine grâce à la mise en œuvre d’un cahier des charges spécifique sur le blé. Ce cahier des charges impose notamment une origine France, la mise en œuvre de bonnes pratiques de culture ainsi que des exigences sur l’absence d’insecticides de stockage.

4. PRODUITS CONCERNÉS PAR LA DÉMARCHE

Les produits concernés par la démarche spécifique sur le blé et donc sur l’absence d’insecticides de stockage sont les suivants :
- Farine sachets U : 10 références
- L’ensemble des baguettes, pains, pavés (complets, céréales, campagne, natures) à Marque U vendus au rayon Boulangerie des magasins : 11 références