En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

Politique de substitution des substances controversées dans l’offre produit marque U

Pour le consommateur, certaines substances présentes dans les produits de consommations courantes suscitent des interrogations sur les potentiels risques pour la santé. Autour de tout produit chimique, existe une connotation péjorative.
Ces préoccupations sont amplifiées par la télévision, la presse écrite, et certaines discussions scientifiques mais également par manque d’information.
Les consommateurs, à tort ou non, ont conclu sur la toxicité de ces substances. Ces inquiétudes nous parviennent de manière directe par les remontées de nos clients au travers nos magasins et les demandes d’information sur nos produits.
Conscient de ces craintes et de l’attente des consommateurs vers des produits de plus en plus simplifiés, nous avons pris le parti de ne pas nous réfugier uniquement derrière la réglementation et avons considéré qu'aller au-delà de celle-ci en supprimant peu à peu ces substances controversées, faisait partie de notre mission vis à vis de nos clients.
Mais pour cela nous avons dû définir une mécanique de classement de ces substances afin d’en prioriser le plan de leur élimination.

Le principe de la démarche

- Le danger représente la base de la controverse sanitaire.
- La controverse nait d’une alerte, une crainte ou une perception de risque que celui-ci soit avéré ou non.
- L’effet de seuil ne peut pas être considéré comme une règle absolue.
- La crainte de l’effet cocktail

Le périmètre de la démarche

Périmètre d’étude
Le périmètre considéré pour cette étude sur les substances controversées a délibérément été choisi large afin de prendre en compte l’ensemble des sujets possibles (subis ou choisis) impliquant un levier d’action de Système U simple ou marginal. Une démarche globale se doit d’avoir une vision exhaustive des sujets controversés.

- Matières premières
- Traitements des matières premières (production)
- Formulation et fabrication (Industriel)
- Emballage
- Distribution et utilisation (magasin et conso)

Huit grandes familles de substances controversées
Les milliers de substances controversées ont été classifiées en huit grandes familles. En fonction de leur poids de controverse relatif, dans chaque famille 5 à 17 substances ont été retenues.
- Composants alimentaires dont additifs
- Composants non alimentaires et emballages
- Additifs cosmétiques
- Pesticides
- Composés néoformés indésirables
- Polluants aquatiques ou atmosphériques
- Substances nano particulaires
- Autres substances polémiques

Télécharger la liste des 90 substances

Les substances interdites en France mais autorisées à l’étranger qui pourraient être retrouvées dans des produits importés n’entrent pas dans le périmètre de l’étude puisque traité dans le cadre de nos obligations réglementaires.

La méthodologie de la démarche

Elle repose sur l’établissement du niveau de controverses classé de absence à majeure et reposant sur 3 critères :

- Un indicateur d’alerte sanitaire : Une notation de chaque substance en fonction de la nature des dangers toxiques qui lui sont associés (cancérigène, mutagène, reprotoxique, perturbateur endocrinien, allergène, …), ainsi que de son caractère bioaccumulable et persistant.

- Un indicateur de benchmark réglementaire : Une notation selon le niveau de réglementation de celle-ci au niveau nationale ou international.

- Un indicateur de préoccupation sociétale : Une notation de l’appréciation de nos clients, de l’opinion publics et des ONG sur l’utilisation de cette substance.

La priorisation de substitution s’est faite :
- Sur les familles dans lesquelles ces substances sont les plus régulièrement trouvées.
- Sur les catégories de substances ayant le plus fort buzz sociétal.

Notre ambition, mettre à disposition de nos client des produits exempts de substances controverses.
Notre méthode éliminer prioritairement de nos produits toutes les substances controversées dans le cadre d’un plan programmatique de substitution.

Toutes les substances définies comme prioritaires possèdent une fiche de position permettant de comprendre l’ensemble des enjeux sécuritaire réglementaire et sociétaux.

ALIMENTATION ANIMALE OGM

ALUMINIUM CHLOROHYDRATE

COLORANT CARAMEL E150D

PHÉNOXYÉTHANOL

HUILE DE PALME

BENZOPHÉNONE 1, 2, 3 et 4

GLUTAMATE MONOSODIQUE

SIROP DE FRUCTOSE-GLUCOSE

MATIÈRES GRASSES HYDROGÉNÉES

INSECTICIDES DE STOCKAGE BLÉ