En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

LE CHAMPIGNON : DU BONHEUR SOUS LE CHAPEAU

Passe-partout incroyable en cuisine, je fais la joie des petits et des grands grâce à l’éventail de mes variétés. Bolet, pleurote, shiitaké : j’ai plus d’un tour dans mon sac pour accompagner omelettes, tourtes et pizzas. De Paris ou d’ailleurs, je suis un baroudeur qui offrira le meilleur à vos papilles !

BIEN MIEUX LE MAG -SEPTEMBRE 2019

Ma carte d’identité

BIEN MIEUX LE MAG -SEPTEMBRE 2019

Mes origines
Déjà consommé au temps des Égyptiens, j’étais représenté sur les fresques murales. En France, Jean-Baptiste de la Quintinie, le jardinier de Louis XIV, avait pour habitude de me cultiver. Mais c’est en 1814 que ma culture se développe à grande échelle, par exemple dans les caves parisiennes. Je suis alors récolté toute l’année et hérite du nom prestigieux de champignon de Paris.

Infos pratiques

Où suis-je produit ?
La France est le 4e producteur mondial de champignons de Paris derrière les États-Unis, les Pays-Bas et la Chine. En France, les champignonnières sont situées dans la région de Saumur, dans le Nord, en Bretagne, mais aussi dans le Sud.

Quand me consomme-t-on ?
Contrairement aux champignons sauvages, nous, les champignons "de couche", sommes disponibles tout au long de l’année. Ne nous lavez pas avant de nous cuisiner mais brossez-nous. Trempés dans l’eau, nous perdons une partie de nos saveurs..

Comment me conserve-t-on ?
On me déguste le plus rapidement possible après l’achat. Vous pouvez néanmoins me conserver 3 à 4 jours au réfrigérateur.

BIEN MIEUX LE MAG - SEPTEMBRE 2019

Ma grande famille

BIEN MIEUX LE MAG -SEPTEMBRE 2019

Les champignons de culture (ou de couche)

  • Le champignon de Paris : lorsque je suis blanc, je possède une chair douce et ferme. Mon goût est un peu plus marqué pour ma variété dite "brune". On me déguste aussi bien cru que mijoté.
  • Le pleurote : je suis le champignon le plus cultivé après le champignon de Paris. Délicieux en risotto, je suis également exquis revenu à la poêle, avec un peu d’ail et de persil.
  • Le shiitaké : on me savoure toujours cuit et je révèle pleinement mes saveurs lorsque je suis poêlé ou sauté, dans un wok de légumes par exemple.
Les champignons sauvages (ou de cueillette)(1)
  • Le cèpe : avec mon léger goût de noisette, j’accompagne à merveille les omelettes, les poêlées ou les sauces forestières.
  • La coulemelle : en lamelles dans une salade ou à l’huile d’olive dans une poêle, c’est mon chapeau que l’on consomme, mon pied étant filandreux.
  • La girolle : seule ou associée à d’autres champignons, je suis un régal poêlée, en omelette ou encore en risotto.
  • La morille : consommez-moi toujours cuite, revenue à la poêle avec un peu de crème, d’ail et d’échalotes par exemple.

Les enfants, mangez-moi !

"One pot" pâtes-champignons

La délicieuse tendance culinaire du moment ! Simple et rapide à réaliser, le One pot consiste à cuire tous les aliments du plat en même temps. L’eau des pâtes est absorbée par l’amidon et rend la sauce onctueuse. Un gain de temps et moins de vaisselle à faire ! C’est gourmand et écolo.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 verre de penne par personne
  • 250 g de champignons de Paris frais et émincés
  • De l’emmental râpé
  • Un verre de crème fraîche
  • Un bouillon de légumes
  1. Mettez les pâtes et les champignons émincés dans une grande casserole.
  2. Versez 4 verres d’eau ainsi que le bouillon de légumes émietté (si besoin, ajoutez de l’eau en cours de cuisson).
  3. Portez à ébullition pendant 15 minutes. N’hésitez pas à remuer régulièrement pour éviter que les pâtes n'accrochent. Une fois que l’eau est absorbée et que les pâtes sont cuites, versez la crème et l’emmental. Remuez.
Bon appétit !

BIEN MIEUX LE MAG - SEPTEMBRE 2019

(1) Avant toute consommation de champignons sauvages et/ou de cueillette, faites-les contrôler par un pharmacien ou une association ou société de mycologie de votre région. Pour toute information complémentaire, veuillez vous référer au site : www.anses.fr (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).