En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus adaptés. En savoir plus .

3 QUESTIONS À…

3 questions à… Christophe, éleveur de porc sans traitement antiobiotique. Associé à deux autres agriculteurs de sa petite commune de La Pommeraye (Maine-et-Loire), il fait vivre une exploitation de 110 hectares(1) avec cultures céréalières mais aussi prairies, où cohabitent des vaches et 140 truies.
Christophe les élève, ainsi que leurs petits, avec le plus grand soin et sans traitement antibiotique. Il nous explique sa démarche.

CU_BienMieuxleMag_Aout2018_3Questions_780x400

1 - Quand et pourquoi, avez-vous décidé de limiter les antibiotiques pour soigner vos cochons ?
C'était en 2010. Le marché du porc n’était pas très bon et je me suis vraiment interrogé sur l’avenir de mon exploitation. L’idée m’est alors venue de tenter l’arrêt des traitements antibiotiques systématiques. Immédiatement, je me suis aperçu que les animaux avaient moins de problèmes : ils sont plus calmes, leurs défenses naturelles immunitaires sont plus efficaces... donc ils sont plus résistants. Cela m’a permis de mieux valoriser ma production et en plus de faire baisser les charges. Aujourd'hui, je ne donne plus d'antibiotiques en post sevrage qu'au cas par cas : en cas de maladie et sur prescription d’un vétérinaire. Les porcs en question sont alors sortis de la filière La Nouvelle Agriculture et identifiés à l’aide d’une boucle à l’oreille pour suivre d’autres circuits de commercialisation.

2 - Est-ce difficile d'élever des porcs sans traitement antibiotique, et cela augmente-t-il le coût pour le consommateur ?
Cela impose des règles d'hygiène strictes pour maintenir un bon état sanitaire dans l’élevage et prévenir les maladies : il faut notamment laver et désinfecter les salles dès qu’elles sont vides, limiter l’entrée des personnes extérieures, avoir un bon suivi par un technicien et un vétérinaire. Le porc élevé sans traitement antibiotique peut être un peu plus cher pour rémunérer ce surcroît de travail de l'éleveur, mais la contrepartie en vaut la peine !

3 - Comment la coopérative Terrena vous a aidé dans cette démarche ?
Elle l'a renforcée, en m'incitant à mieux alimenter mes animaux : j'ai en effet remplacé le tourteau de soja(2) par de la graine de lin et d'autres céréales, riches en omégas 3, suite à la proposition de Terrena de référencer mon élevage dans la filière La Nouvelle Agriculture avec U Enseigne, et d'obtenir le label Bleu-Blanc-Coeur. C’était une suite logique à la limitation des usages antibiotiques, une façon d’améliorer les conditions d’élevage.
Par exemple, nous utilisons maintenant des huiles essentielles et des produits à base de plantes dans l’environnement des porcs, ce qui permet parfois d’éviter certaines maladies. Bien sûr, c'est difficile à généraliser à l'ensemble des éleveurs... mais l'idéal serait que tous s'en approchent !

QUELS PRODUITS ?

Le porc La Nouvelle Agriculture®, produit de qualité plébiscité par les consommateurs, représente plus de 2 000 tonnes de viande par an. La gamme est vaste : des côtelettes aux chipolatas, le porc sous toutes ses formes se déguste chez U sans traitement antibiotique !

LE PARTENARIAT AVEC TERRENA EN 3 CHIFFRES

  • 2014 : c’est le début du partenariat entre les Magasins U et la coopérative Terrena, sous la marque U-La Nouvelle Agriculture®.
  • 50 000 : c'est le nombre de porcs concernés, essentiellement dans le grand Ouest de la France, première zone agricole d’Europe et région d'implantation de la coopérative Terrena (Pays de la Loire, Poitou-Charentes et une partie de la Bretagne).
  • 25 : c'est le nombre d'éleveurs actuellement impliqués dans cette démarche : ils doivent suivre un cahier des charges très strict.

TERRENA, C’EST QUOI ?

Terrena est une coopérative agricole de l’ouest de la France regroupant 29 000 adhérents, qui, depuis 2008 développe de nouvelles techniques de production plus respectueuses de l’écosystème et du bien-être des animaux. Via le cahier des charges La Nouvelle Agriculture®, les agriculteurs s’engagent sur des pratiques innovantes pour une alimentation de meilleure qualité et dans un plan de progrès sur 5 ans.

20% en Euro Carte U tous les jours

DES ÉCONOMIES SUR UNE SÉLECTION DE PRODUITS U DU QUOTIDIEN(3)

DÉCOUVREZ LA SÉLECTION

(1) Le GAEC des FRESCHES est situé sur la commune de La Pommeraye dans le Maine-et-Loire (dépt. 49).
(2) Les tourteaux de soja sont des résidus de céréales donnés aux animaux d’élevage obtenus après extraction des huiles des graines et autres fruits à coques.
(3) Offre valable sur une sélection de produits U signalés en magasin. La sélection de produits U est renouvelée tous les mois et sera également disponible à l’accueil de votre magasin.